FR
Shutterstock 164380868 (2) (1)

Actualités

La dimension sociale de la crise exige « une réponse efficace » en matière de logement

22 mars · 16h10

Porto, Portugal

La ministre d’État et de la Présidence du Conseil des ministres du Portugal a souligné que, pour répondre à la dimension sociale de la crise, il fallait « une réponse efficace » en matière de logement, un domaine qui, depuis de nombreuses années, ne dispose pas de « réponse intégrée ».

 

« Nous savons tous que cela fait de nombreuses années que nous n’avons pas de réponse intégrée dans ce domaine. Nous ne pouvons pas faire face aux dimensions sociales sans disposer d’abord d’une réponse efficace pour le secteur de l’habitation », a affirmé Mariana Vieira da Silva lors de l’ouverture d’une visioconférence sur le plan d’action pour la mise en œuvre du Socle européen des droits sociaux.

 

Selon la ministre, la « dimension la plus innovante » du plan national pour la reprise et la résilience du Portugal (PRR) sera précisément « la réponse apportée au secteur du logement ». Elle a donc insisté sur l’« importance du programme d’accès au logement », disposant d’une enveloppe de 1,251 milliards d’euros « destinés à en finir en l’espace de quelques années avec les conditions de logement indignes, et proposant une solution à 26 000 familles ».

 

Parmi les réponses sociales comprises dans le PRR, Mariana Vieira da Silva a cité, d’une part, l’amélioration des réponses sociales préexistantes et, d’autre part, l’établissement d’équipes multidisciplinaires d’intervention « dans toutes les municipalités du pays », dont la mission est de rediriger cette réponse « vers les publics les plus vulnérables, selon les différentes dimensions de leur vulnérabilité ».

“ C’est pourquoi nous avons mis en œuvre des solutions spécifiques pour certains types de pauvreté, notamment pour celle qui touche, autour des agglomérations urbaines, des populations qu’il est plus difficile d’aider car elles concentrent des vulnérabilités multiples qui s’aggravent mutuellement et limitent l’impact des programmes de lutte contre la pauvreté. ”

Mariana Vieira da Silva, ministre d’État et de la Présidence du Conseil des ministres du Portugal

*en collaboration avec LUSA