FR
20150707 EP 023126 087 RESIZED XL Fred Marvauxcopyright© European Union 2015 Sourceep

Actualités

Juncker : « Nous ne pouvons bâtir une Union européenne harmonieuse si nous ne nous attaquons pas aux questions sociales »

03 mai · 12h10

Jean-Claude Juncker, ancien président de la Commission européenne © Photographer: Fred Marvaux, European Union 2015 - sourceEP

L’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, estime qu’il est « de la plus haute importance » d’accomplir des progrès dans le domaine social, ce qu’il a tenté de promouvoir il y a 24 ans déjà, car « nous ne pouvons bâtir une Union européenne harmonieuse si nous ne nous attaquons pas aux questions sociales ».

« En 1997, lorsque j’étais premier ministre du Luxembourg, j’ai organisé un sommet social. Et l’une des conclusions de ce sommet était que nous devrions organiser de telles réunions une fois par an. Cela n’a jamais été fait », souligne-t-il.

« Lorsque j’ai mis en place, avec d’autres, le Socle européen des droits sociaux, je nourissais l’espoir que la question sociale devienne une préoccupation quotidienne », explique-t-il.

Il rappelle que « depuis lors, la Commission européenne a lancé un plan d’action, sous la direction du commissaire chargé des affaires sociales, Nicolas Schmit », visant à mettre en œuvre les principes du Socle. Juncker dit espérer que « durant ces deux journées à Porto, les partenaires sociaux et les institutions conviendront d’un document tourné vers l’avenir », garantissant que toutes les recommandations d’initiative sociale « deviennent réalité ».

Pour Jean-Claude Juncker, « il s’agit d’un moment très important du développement européen, car la question sociale doit être au cœur des préoccupations européennes, non seulement vis-à-vis des partenaires sociaux, mais aussi des gouvernements ».

« Nous ne pouvons bâtir une Union européenne harmonieuse si nous ne nous attaquons pas aux questions sociales. Et à ma connaissance, tous les éléments sont désormais réunis pour permettre à l’Union européenne d’accomplir des progrès dans le domaine social, ce qui relève de la plus haute importance », a-t-il souligné.

 

*en collaboration avec LUSA