FR
P049281 121002

Actualités

« Une Europe résiliente doit anticiper, prévenir, protéger et répondre aux menaces traditionnelles et émergentes »

18 mars · 18h00

© European Union, 2021, Source: EC - Audiovisual Service

La présidence portugaise du Conseil de l’UE veut « ouvrir la voie » en matière de sécurité et de protection des espaces publics et des infrastructures critiques, aujourd’hui plus vulnérables face à un ensemble de « nouvelles menaces ».

 

Cette priorité a été établie par le ministre portugais de l’Intérieur, Eduardo Cabrita, au cours d’une initiative de la présidence portugaise du Conseil de l’UE qui a réuni spécialistes, forces de sécurité, agences et institutions des 27, ainsi que la Commission européenne.

“ Dans une Europe qui se veut résiliente, la sécurité et la protection des espaces publics et des infrastructures critiques doivent anticiper, prévenir, protéger et répondre à un ensemble de menaces traditionnelles et émergentes. ”

Eduardo Cabrita, ministre portugais de l’Intérieur

210312Psb 25

Eduardo Cabrita, ministre portugais de l’Intérieur © Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne 2021

Le ministre portugais a souligné que « dans une Europe qui se veut résiliente, la sécurité et la protection des espaces publics et des infrastructures critiques doivent anticiper, prévenir, protéger et répondre à un ensemble de menaces traditionnelles et émergentes ».

 

La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, qui a participé à cette séance avec un message vidéo, a déclaré que « les attaques, les catastrophes et les accidents entraînent la perte de vies, la souffrance humaine et des dommages économiques ».

 

En 2019, par exemple, la Commission européenne a enregistré 450 incidents liés à la cybersécurité concernant des infrastructures critiques européennes. Pendant la pandémie de COVID-19, a affirmé Ylva Johansson, « nous avons assisté à des attaques informatiques qui ont pris pour cibles des hôpitaux. Et c’est inacceptable ».

 

La commissaire a ajouté qu’elle espérait « continuer de travailler conjointement avec le ministre Eduardo Cabrita et la présidence portugaise afin de faire avancer les discussions sur ce thème fondamental ».