FR
Whatsapp Image 2021 02 26 At 16.21

Actualités

“Notre priorité doit être d'accélérer la vaccination”

Le Premier ministre portugais, lors de la réunion des membres du Conseil européen

26 févr. · 15h15

António Costa, Premier ministre du Portugal, lors d'une conférence de presse © Bureau officiel du Premier ministre du Portugal

“Notre priorité doit être d'accélérer la vaccination”. C'est par ces mots que le Premier ministre portugais, António Costa a commencé le discours adressé à ses homologues lors de la réunion qui a réuni par visioconférence les membres du Conseil européen. Pour le chef du gouvernement du Portugal, l'Union européenne doit considérer la priorité donnée à la vaccination en fonction de trois aspects fondamentaux : le principe de respect des contrats de distribution de vaccins, le renfort de la capacité de production, distribution et autorisation de vaccins au sein de l'UE, et la solidarité internationale.

“ « Il est essentiel de développer des mécanismes pour anticiper ensemble la détection de nouveaux variants, dans un effort articulé de coopération entre les différentes institutions de recherche et les différentes autorités de santé des États membres. ”

Le Premier ministre portugais, António Costa, suite à la visioconférence réunissant les membres du Conseil européen

La pandémie doit être vaincue dans le monde entier, et « la solidarité internationale dans la répartition des vaccins, permettant de garantir la vaccination à l'échelle globale et en particulier dans les pays ayant moins de ressources » est essentielle pour que nous puissions éradiquer ce virus. Dans ce contexte, António Costa a expliqué que le Portugal soutient sans équivoque l'existence d'un mécanisme de partage des vaccins ; 5% du stock national sera d'ailleurs redirigé vers les pays de langue officielle portugaise en Afrique et dans le Timor Est, parallèlement au soutien financier que le pays a déjà apporté pour aider ces pays à réduire l'impact de la pandémie de COVID-19, notamment à travers des équipements médicaux et la formation de professionnels.

“ Au début de la présidence portugaise, il a été possible d'obtenir la reconnaissance mutuelle de testes rapides et il est, à présent, fondamental de développer, en commun, la capacité d'anticiper la détection des variants, de sorte à être prêts à répondre à ces nouvelles réalités. ”

Le Premier ministre portugais, António Costa, suite à la visioconférence réunissant les membres du Conseil européen

Le chef du gouvernement a aussi abordé le sujet du maintien du marché intérieur. António Costa a souligné l'importance d'une action coordonnée aux frontières, garantissant la mise en place de corridors verts et les droits des travailleurs transfrontaliers, pour assurer le fonctionnement régulier du marché intérieur et la libre circulation au sein de l'espace européen.

Whatsapp Image 2021 02 26 At 16.21

António Costa, Premier ministre du Portugal, lors de la vidéoconférence des membres du Conseil européen © Bureau officiel du Premier ministre du Portugal

À l'agenda : sécurité & défense et pays voisins du sud

Durant la deuxième journée de réunions, les hauts responsables ont débattu des questions de sécurité et de défense et ont échangé leurs points de vue avec le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. António Costa a défendu l'idée selon laquelle les initiatives dans le domaine de la sécurité et de la défense européennes doivent être à la hauteur de l'ambition de l'Union et doivent renforcer leur complémentarité avec l'OTAN et les autres partenaires à l'échelle globale.


Pour le Portugal, qui occupe jusqu'à juin la présidence rotative du Conseil de l'UE, la proposition de « Boussole stratégique » présentée par le haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, constitue, d'un point de vue européen, une base solide pour le développement des capacités de sécurité et de défense, renforçant les synergies entre les dimensions civiles et militaires, et la base technologique et industrielle de la défense européenne.

 

Le dernier point à l'ordre du jour concernait les relations de l'UE avec ses voisins du sud. António Costa a réitéré à ce propos son soutien pour la reprise d'un partenariat stratégique promouvant la prospérité et la stabilité de la région de la Méditerranée, à partir de projets concrets d'intérêt commun.