FR
51192809562 F72f36d7b3 O

Communiqués de presse

Les ministres de l’économie et des finances de l’UE discutent de la voie à suivre pour la reprise

ECOFIN

22 mai · 13h00

© Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne 2021 - António Pedro Santos/LUSA

Communiqué de presse

La phase de transition de la crise pandémique vers la reprise économique a été au centre de la rencontre des ministres de l’économie et des finances à Lisbonne en vue de la réunion informelle ECOFIN organisée par la présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne.


Avec l’avancée de la vaccination, les mesures de restriction visant à juguler la crise sanitaire commencent à être assouplies et l’activité économique reprend dans toute l’Europe. La réouverture des frontières et la réactivation du tourisme qui va avec devraient donner un coup d’accélérateur à la reprise économique

“ La reprise est en cours. Il est temps de passer des mesures d’urgence globales à des politiques favorisant la reprise économique. Nous devons veiller à ce que les politiques de reprise soient aussi complètes et efficaces que les mesures de protection des entreprises et de l’emploi pendant la pandémie. ”

João Leão, ministre d’État et des Finances du Portugal

Les ministres se sont accordés à reconnaître que la reprise doit se fonder sur une hausse des investissements encouragée par les plans de relance, outil dont disposent les États membres pour assurer la sortie de la crise pandémique et la mise en œuvre des réformes structurelles nécessaires aux transitions écologique et numérique. Il est donc important que les pays achèvent les processus nationaux de ratification de la décision relative aux ressources propres, étape indispensable pour que la Commission européenne puisse lever les 750 000 millions d’euros prévus sur les marchés, a rappelé le ministre d’État et des Finances du Portugal.


Un large consensus s’est dégagé sur le fait qu’il ne faut pas retirer prématurément les aides mises en place et qu’il est important de continuer à soutenir les secteurs les plus touchés par la crise afin d’assurer une reprise inclusive et d’éviter une vague soudaine de faillites qui ne serait pas sans conséquences sur la capacité de financement du secteur bancaire. Cela est essentiel pour assurer un cercle vertueux entre les entreprises, le secteur financier et l’État.


Les ministres et les gouverneurs des banques centrales ont également procédé à un échange de vues sur le renforcement de la coordination entre les politiques monétaires et budgétaires, et notamment sur le rôle stabilisateur de la politique budgétaire dans un contexte caractérisé par de faibles taux d’intérêt.


Enfin, dans le prolongement de ce qui avait été au cœur des débats lors du Sommet social de Porto au début du mois de mai, les discussions se sont poursuivies sur la nécessité de repenser
la gouvernance européenne.

“ Nous avons tiré les leçons de la crise précédente et nous observons un changement remarquable dans notre façon de faire face à cette nouvelle crise. L’austérité ne figure plus à l’ordre du jour. Au contraire, notre première priorité est le soutien aux familles et aux entreprises, ainsi que la protection de l’emploi. Le Sommet social de Porto illustre clairement ce changement de paradigme. ”

João Leão, ministre d’État et des Finances du Portugal

Parmi les questions abordées figurait également la façon dont la fiscalité verte européenne peut stimuler et encourager une transition climatique plus rapide et plus équitable. Des propositions telles que la création d’un nouveau mécanisme pour pénaliser l’importation de produits polluants, connus sous le nom d’ajustement carbone aux frontières, et la révision de la directive sur la taxation de l’énergie afin de favoriser les énergies renouvelables au détriment d’énergies plus polluantes comme les combustibles fossiles, ont été examinées.

Cet effort de transition climatique permettra de revoir les ambitions à la hausse en ce qui concerne les objectifs du Pacte vert pour l’Europe.


Le ministre d’État et des Finances a annoncé la tenue d’une conférence de haut niveau — le Sommet sur la relance — qui marquera la fin des six mois de la présidence portugaise. Le 28 juin, à Lisbonne, les dirigeants européens seront invités à entamer une réflexion sur l’avenir de la gouvernance européenne