FR
Shutterstock 1885320832 (1)

Actualités

La lutte contre la criminalité en Europe exige plus de coopération policière et judiciaire

12 avr. · 19h45

La présidence portugaise du Conseil de l’UE défend une plus grande coopération entre les États membres en matière de riposte à la criminalité. Une position défendue aujourd’hui par les ministres portugais de la Justice et de l’Intérieur.

 

Francisca Van Dunem considère que la protection des citoyens européens ne peut être obtenue au moyen d’actions isolées des 27, ni via des approches purement sectorielles. Pour la ministre portugaise de la Justice, « un travail conjoint est nécessaire, qui rassemble les dimensions de la coopération policière et de la coopération judiciaire, et qui est essentiel à une riposte commune, multidisciplinaire et intégrée ».

210126Psb 24

Francisca Van Dunem, ministre portugaise de la Justice © Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne 2021 / Pedro Sá da Bandeira

À l’occasion de la présentation, à Lisbonne, du rapport d'évaluation de la menace que représente la criminalité organisée élaboré par Europol, Van Dunem a affirmé que la coopération et le partage des informations entre les différentes autorités nationales de l’Union, et entre celles-ci et Europol, sont fondamentales pour lutter contre la criminalité organisée, le terrorisme, le blanchiment des capitaux et autres activités criminelles, comme, par exemple, l’abus sexuel en ligne contre les enfants ou la vente de vaccins contrefaits.

 

C’est pourquoi, a-t-elle conclu, la présidence portugaise a décidé d’intégrer dans l’agenda européen le thème de la contrefaçon, attirant ainsi l’attention sur « l’implication croissante de la criminalité organisée dans ces activités et l’urgence de la lutte contre celles-ci, comme l’a démontrée la situation de pandémie que nous traversons ».

 

Pour sa part, le ministre portugais de l’Intérieur, Eduardo Cabrita, a souligné qu’il faut « rassembler nos efforts » pour agir dans des domaines « hautement spécialisés, comme le chiffrement ou l’analyse de grandes quantités de données ou de métadonnées », des mesures essentielles dans la lutte contre les « nouvelles menaces criminelles provenant aujourd’hui du monde numérique ».

210128Psb 92

Eduardo Cabrita, ministre portugais de l’Intérieur © Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne 2021 / Pedro Sá da Bandeira

Le ministre a garanti que le Portugal réitère son plein engagement en matière de « coopération policière européenne et dans l’avenir des valeurs d’une Europe comme espace de liberté, de sécurité et de justice ».

 

Cette présentation du rapport, également désigné sous le sigle anglais SOCTA 2021, a inclus la présence de la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, et de la directrice exécutive d’Europol, Catherine De Bolle.

 

Ce document, publié tous les quatre ans depuis 2013, fait une analyse détaillée de la menace que représente la criminalité organisée dans l’Union européenne et fournit des informations aux professionnels, aux décideurs et au public en général.