FR
2021.01

Culture

« La liberté et l’Europe : une construction de tous » évoque les valeurs intrinsèques à l’identité culturelle

04 avr. · 10h00

© David Santos

L’exposition « La liberté et l’Europe : une construction de tous », organisée par la Présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne, fait dialoguer deux importantes collections d’art : la collection d’art contemporain de l’État portugais et la collection du Parlement européen.

 

Visible au Parlement européen, à Bruxelles, l’exposition comprend un ensemble d’œuvres reflétant une diversité d’artistes et de genres, offrant un panorama des principales caractéristiques de l’art portugais contemporain.

2021.01

© David Santos

De nombreuses pièces datent des années 1980, époque à laquelle le Portugal est devenu membre de l’Union européenne

Le titre qui a orienté la sélection évoque deux valeurs structurantes de la construction européenne : l’idée de liberté (qu’elle soit d’expression, de circulation ou d’affirmation de la dignité humaine) et l’idée d’une Europe construite sur la primauté de ces mêmes valeurs.

 

Maria Helena Vieira da Silva, Paula Rego, Lourdes Castro, Nikias Skapinakis, Joaquim Rodrigo, Julião Sarmento et Helena Almeida sont quelques uns des noms présents dans cette exposition, la majorité des artistes exposés ayant vécu ou défendu une idée de l’Europe, que ce soit dans les différentes étapes de leur formation artistique, ou dans la prise de conscience d’une proximité physique et culturelle des peuples qui constituent la mosaïque européenne.

2021.01

© David Santos

Un avenir plus libre et de partage commun

Les travaux, datés en majorité des années 60, 70 et 80 du XXe siècle, sont la preuve de cette lecture attentive de la valeur de liberté dans la construction d’une Europe qui structure et aide à définir notre avenir. C’est aussi pour cela que la sélection des artistes représente un hommage à ceux qui furent privés de la modernité européenne et de ses valeurs, mais qui n’ont jamais cessé de croire en un avenir plus libre et de partage commun.

L’Europe, la liberté de l’art et sa sociabilité spécifique

Selon le commissaire de l’exposition, David Santos, l’œuvre d’art doit être l’expression ou l’expérience du principe de liberté, car « c’est seulement de cette manière qu’elle pourra affronter tous les types de dogmes et de stéréotypes, et remplir une de ses fonctions les plus dignes, promouvoir l’approfondissement de la sensibilité et de la conscience de chacun dans sa relation à l’autre ».

2021.01

© David Santos

Avec cette sélection judicieuse, elle a pour intention d’impulser l’interaction sociale à travers la dimension esthétique, rappelant que les expositions — spécialement d’art contemporain — promeuvent « des moments de discussion et de débats publics, en interaction avec les propositions artistiques ».

 

Autour d’un ensemble de 20 objets appartenant, à parts égales, à la collection du Parlement européen et à la collection d’art contemporain de l’État portugais, les organisateurs ont défini un jeu de combinaison esthétique, réflexive et émotionnelle, dont l’appareil est lui-même le résultat de la liberté qui définit son action dans l’espace européen où nous vivons.

 

De cette manière, on peut observer comment la liberté de chacun implique toujours la liberté de tous, exigeant de nous, chaque jour, sa défense mais aussi son utilisation consciente et responsable. C’est seulement ainsi, selon David Santos, que « nous pourrons continuer à construire une Europe des valeurs, libre et solidaire ».

2021.01

© David Santos

Parmi les œuvres exposées, se distinguent deux œuvres sur papier d’Helena Almeida, une des artistes portugaises les plus internationales, la peinture de grande taille d’Eduardo Batarda, le minimalisme monochromatique du célèbre Ângelo de Sousa, et la gigantesque toile de Vítor Pomar et l’œuvre représentative de l’artiste multidisciplinaire Julião Sarmento.

 

En sculpture, Rui Chafes, Rui Sanches et José de Guimarães présentent également des œuvres des années 1980 et 1990 qui témoignent de leur style unique et personnel.

 

Outre les œuvres de la collection d’art contemporain du Parlement européen, a été sélectionné un ensemble d’œuvre de la collection d’art contemporain de l’État portugais, notamment de Fernando Calhau, Lourdes Castro, Jorge Martins, Pedro Calapez, Paula Rego ou Joaquim Rodrigo.

 

Ainsi, le thème de l’exposition s’articule autour de l’idée de liberté, vue comme un devoir et une responsabilité partagée par tous les pays qui composent l’UE. Les lettres du mot liberté qui pendent des branches d’un arbre dans le tableau du même nom avec le même nom de Vieira da Silva en sont un exemple flagrant, alors que « L’Enlèvement de miss Europa », de Nikias Skapinakis, évoque avec un humour pop le mythe de l’enlèvement de la princesse phénicienne.