FR
{35F8E78F BAA5 CF4C A836 22130499F9FF}

Actualité

« L’Europe doit jouer un rôle de premier plan en misant sur plus de connaissances et sur un nouvel Espace européen de la recherche »

Manuel Heitor, ministre de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur

26 févr. · 19h00

© European Union 2021

Comprendre comment la connaissance, l’innovation et la recherche peuvent être décisives pour la résilience et la reprise européenne, tel a été le thème central de la visioconférence informelle des ministres chargés de la Recherche, présidée depuis Bruxelles par le ministre portugais de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur, Manuel Heitor.

 

Selon Manuel Heitor, la reprise et la résilience sont associées à l’Espace européen de la recherche, sur lequel s’appuie la transition verte et numérique. « De la science quantique aux vaccins et à l’hydrogène vert, nous nous confrontons à des défis, mais aussi à des opportunités. Et nous savons que la science crée des marchés, des emplois et aussi des activités économiques à valeur ajoutée. »

 

« Nous avons défini des lignes d’action pour les dix et les vingt prochaines années. Parce que l’innovation est une force de changement positive », a souligné la commissaire européenne à l’Innovation, à la Recherche, à la Culture, à l’Éducation et à la Jeunesse, Mariya Gabriel. L’Espace européen de la recherche va également participer à la compétitivité. « C’est un bon moment pour stimuler la croissance », a-t-elle ajouté.

 

La commissaire a par ailleurs souligné l’importance de procéder à des réformes structurelles qui aident à lutter contre la fragmentation de la science et de créer des mécanismes orientés vers des résultats, tout en insistant sur l’idée de « science ouverte ». Mariya Gabriel et Manuel Heitor ont tous deux défendu le rôle essentiel des petites et moyennes entreprises et celui de la recherche pour l’économie.

{5845EF1B 138F FF4B 8BF2 B233E0BEB833}

Manuel Heitor, ministre de la science, de la technologie et de l'enseignement supérieur, et Mariya Gabriel, commissaire à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse, lors de la conférence de presse © European Union 2021

Synergies et articulation entre les contextes nationaux, européens et internationaux

Il faut créer des synergies et une articulation entre le programme « Horizon Europe » et les plans nationaux pour la reprise et la résilience. Il faut articuler les contextes nationaux et européens et stimuler le financement international en matière d’innovation et de recherche. « En tenant compte des particularités de chaque pays, mais en tenant compte également de la reprise européenne », a affirmé le ministre portugais de la Science, de la Technologie et de l’Enseignement supérieur.

 

Les ministres ont défendu à l’unanimité le besoin d’articuler les fonds privés et publics pour remplir les objectifs de l’Union européenne, afin de parvenir à ce que, en 2030, 3 % du produit intérieur brut soient investis dans la recherche et le développement.

Métrologie et biodégradabilité

Au vu de l’importance croissante de la métrologie, l’Union européenne va intégrer un partenariat dans ce domaine, qui sera présenté cette année. Le but de celui-ci est de jouer un rôle de premier plan au niveau mondial et de former un tremplin pour les technologies émergentes.

 

Les États membres vont par ailleurs se pencher sur l’évaluation scientifique de la biodégradabilité des matières plastiques, qui pourra apporter des solutions relativement à l’économie circulaire et à la manière dont on peut recycler les matières plastiques.