FR
DOC.20210222.30734676

Actualité

L’accord avec le Royaume-Uni dans le secteur de la pêche doit répondre aux nécessités du secteur

23 févr. · 17h20

© European Union 2021

Négocier la position de l’Union européenne dans le cadre des échanges avec le Royaume-Uni pour s’entendre sur le total admissible de captures de poissons pour 2021 et, pour certaines populations de poissons de profondeur, pour 2021 et 2022, de façon à répondre aux nécessités du secteur, et à une volonté unanime des États membres.

 

Lors de la visioconférence des ministres de la Pêche, présidée par le ministre portugais de la Mer, Ricardo Serrão Santos, a été abordé la nécessité de résoudre ce processus de manière accéléré, « dans la mesure où toutes les décisions doivent être prises avant le 31 mars ». En décembre 2020 les ministres européens ont accordé des quotas provisoires, qui doivent désormais être remplacés par des droits définitifs.

 

Rappelant que ces consultations se tenaient pour la première fois, le ministre de la Mer a souligné que les négociations devaient toujours avoir lieu entre les États membres et la Commission européenne, « à tous les niveaux ».

{FED00591 48A5 1A44 8237 C6484808C45B}

Commissaire européen à l'environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius et ministre de la mer, Ricardo Serrão Santos © Union européenne, 2021

Ricardo Serrão Santos et le commissaire européen à l’Environnement, aux Océans et à la Pêche,  Virginijus Sinkevičius, ont convenu que les négociations s’étaient passées « de façon correcte ». « Ces dernières semaines, nous nous sommes réunis de manière informelle avec le Royaume-Uni et j’ai pris en compte les opinions des États membres. Nous avons défini les principaux éléments d’un paquet global qui pourra être proposé par l’Union européenne », a expliqué le commissaire européen.

 

Cette proposition de l’Union européenne devra toujours prendre en considération les dispositions de l’Accord de commerce et de coopération avec le Royaume-Uni et de l’Accord de la politique commune de la pêche de l’Union européenne. Virginijus Sinkevičius estime que ce processus de négociations est un « signal d’unité très important et une bonne base de travail », se montrant confiant quant au respect des délais pour parvenir à un accord « qui garantisse la continuité des activités de nos pêcheurs en ce qui concerne les espèces partagées avec le Royaume-Uni ».

{121391B5 FB33 3543 9E15 D760EEA83A84}

© European Union, 2021

La Présidence portugaise du Conseil de l’Union européenne présentera un texte de compromis à la décision du Conseil, « afin de refléter les points de vue des ministres, tout comme les propositions de rédaction préalablement présentées par les délégations ». Ces propositions seront présentées le 3 mars, à la réunion de COREPER I, afin de permettre une adoption rapide par procédure écrite.

 

Lors du Conseil des ministres de la Pêche du 25 janvier dernier, les États membres ont demandé à la Commission européenne d’engager les réunions de négociations avec le Royaume-Uni, ce qui a permis que puissent être définis les critères admissibles de capture de poissons pour 2021 et également pour le biennium 2021-2022 en ce qui concerne les espèces de profondeur.

L’Accord de partenariat UE – République islamique de Mauritanie

Au sujet de la préparation de la septième session de négociations pour le renouvellement de l’Accord de partenariat pour la pêche durable (SFPA) de l’UE – point supplémentaire à l’agenda des travaux – le ministre portugais de la Mer a souligné la nécessité de parvenir rapidement à un accord entre les parties, en raison de l’importance stratégique de ce partenariat.

{A0941141 B5D1 C44C AFB5 4A61820D693E}

© European Union, 2021