FR
210226Psb 65

News

« Investir dans la durabilité, c’est créer de la richesse »

João Pedro Matos Fernandes, ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique

26 févr. · 18h45

João Pedro Matos Fernandes, ministre de l'Environnement et de l'Action pour le climat © Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne / Pedro Sá da Bandeira

« Investir dans la durabilité, c’est créer de la richesse, créer des emplois qualifiés, c’est faire grandir l’économie. C’est pourquoi le pacte vert pour l’Europe est essentiel, tout comme la concentration des efforts dans la lutte contre les changements climatiques, financée par les plans nationaux pour la reprise et la résilience », a aujourd’hui soutenu le ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique, lors de la clôture de la conférence « Changements climatiques – Nouveaux modèles économiques ».

 

Après les interventions de ses homologues allemand et slovène, le ministre portugais a souligné le rôle pionnier de l’Accord de Paris, qui a précédé la période désormais marquée par le pacte vert pour l’Europe, par la proposition de loi sur le climat et par la ratification et l’application des plans pour la reprise et la résilience.

“ Malgré ses fragilités, en transformant ses différences en force, l’Europe est dotée d’une capacité énorme pour jouer le rôle de meneuse, en donnant l’exemple et faisant preuve d’innovation, à l’échelle mondiale. L’Europe doit occuper un rôle de premier plan afin de remplir les objectifs environnementaux tout en renforçant la création de richesse, en développant le bien-être et la justice sociale et en stimulant les opportunités d’affaires et de réalisation personnelle ”

João Pedro Matos Fernandes, ministre portugais de l’Environnement et de l’Action climatique

210226Psb 21

João Pedro Matos Fernandes, ministre de l'Environnement et de l'Action pour le climat © Présidence portugaise du Conseil de l'Union européenne / Pedro Sá da Bandeira

Cette conférence de haut niveau a réuni 17 spécialistes et auteurs venus discuter l’importance des nouveaux modèles économiques dans la lutte contre les changements climatiques. L’économiste et professeure à l’University College London, Mariana Mazzucato, était la conférencière invitée de l’événement, qui a également inclus la participation de Peter Bakker, président et directeur général du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable, de Christian Patermann, spécialiste international en bioéconomie, et de l’écrivain Mia Couto, entre autres.